Historique et fonction

 

L’apparition des systèmes anti-pollution sur les systèmes d’échappement découle de la mise en vigueur d’une série de réglementations environnementales votées en 1994. Jusqu’à maintenant, différentes technologies (rampe commune d’injection à haute pression, turbocompresseur à géométrie variable, soupape de recirculation des gaz, etc.)  ont été implantées pour améliorer l’efficacité des moteurs diesel et réduire la quantité de polluants libérés dans l’atmosphère.

En 2007, les catalyseurs et les filtres à particules ont fait leur apparition sur les camions routiers. Progressivement, ces composantes ont aussi été ajoutées aux équipements hors-route.

Le système anti-pollution, qui contient le catalyseur et le filtre à particules, a pour fonction de purifier les gaz d’échappement. Les particules de suie s’accumulent sur les parois du filtre à particules au lieu de se retrouver dans l’air que nous respirons. Lorsqu’il y en a une certaine quantité, un processus de regénération thermique se déclenche pour convertir les suies en cendres.

Le système anti-pollution est relié directement à l’ordinateur de bord qui contrôle le moteur. Si le filtre à particules n’est pas entretenu correctement ou si un problème survient avec le système anti-pollution, l’ordinateur ajuste les paramètres d’opération du moteur pour compenser.